À Les et à Artíes la tradition de brûler un sapin la nuit la plus longue de l’année se conserve, celle du solstice d’été, la veille de la Saint Jean, il s’agit d’une coutume millénaire qui devint chrétienne, mais dont les origines étaient d’une tradition celte.

L’itinéraire qui part depuis la fin de la rue où actuellement est situé l’Office de Tourisme de Vielha et monte, en parallèle à la rivière Nere, jusqu’au Col de Vielha au-dessus du tunnel, est aussi emprise par une légende qui explique le dévouement de l’église paroissiale à Sant Miquel.

Le massif de la Maladeta et l’Aneto sont intimement liés au Val d’Aran et depuis l’Artiga de Lin ou par les chemins de sierra de Horno on peut arriver dans des beaux mais difficiles itinéraires à pied.

D’autres légendes de la Vallée possèdent des preuves où l’on peut trouver la vérité, comme celle du Géant Mandrónius, que l’on confirme lutta contre les envahisseurs romains, vivait caché dans une grotte proche de Betlán, et termina ses jours à Garòs où il ordonna à ses hommes de creuser sa tombe.

Mais la légende la plus belle que racontent les personnes âgées de la Vallée est réelle et se situe à Bausén (Baish Aran) au début du XXe siècle, quand l’Eglise avait un grand pouvoir sur la vie des paroissiens.